Officialisation de la feuille de route énergétique pour la Guyane

Le 1er avril dernier, le décret relatif à la Programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) a été publié au Journal Officiel de la République française* ; ceci tandis que la région guyanaise connaît un mouvement social important. Ce plan de PPE fixe les grandes orientations énergétiques de la Guyane d’ici à la fin de 2023.

La Loi sur la transition énergétique pour la croissance verte (LTECV) adoptée en août 2015 prévoit une PPE unique pour l’ensemble du territoire continental de la France, et différencie les zones non interconnectées (ZNI).
Ainsi, il était dores et déjà prévu que les territoires comme que la Corse ou la Guyane ou encore les Antilles adoptent chacun une PPE spécifique au regard de leurs situations et de leurs singularités.
La PPE concernant la Guyane a donc été élaborée par la Collectivité territoriale de Guyane (CTG) et les services de l’Etat pour les périodes 2017-2018 et 2019-2023 et prévoit une révision des objectifs en 2018 pour permettre de prolonger la programmation jusqu’en 2028.

Sur la feuille de route de cette PPE, le développement des énergies renouvelables est un axe central et prioritaire pour la Guyane. Pour l’heure, la Guyane affiche de très bons indicateurs puisque qu’elle atteint le chiffre de 64% de sa production électrique dans son mix énergétique et que plus de la moitié de cette production électrique provient de la centrale hydroélectrique de Petit Saut (116 MW). D’ici à 2023, la Guyane prévoit d’installer 51 MW de nouvelles capacités solaires avec ou sans stockage ; 26 MW d’éolien avec stockage ; 40 MW de biomasse ; 16,5 MW de petite hydraulique et 8 MW pour les déchets.

La Guyane prévoit également d’accroître l’efficacité énergétique sur son territoire et ambitionne de réduire sa consommation électrique de près de 17% d’ici à 2023. Enfin, il convient de souligner qu’un des problèmes majeurs en Guyane en matière d’énergies est son accessibilité. A titre d’exemple, on peut citer l’accès difficile à l’électricité en Guyane dans les territoires ruraux non connectés au réseau public. Il est par ailleurs prévu que des actions soient mises en place pour électrifier ces zones via l’autoconsommation et le stockage des énergies renouvelables.

*Le Journal officiel de la République française est le quotidien officiel de la France, dans lequel sont consignés tous les évènements législatifs, réglementaires (arrêtés, décrets), déclarations officielles et publications légales.



Articles similaires

Enerlis vous informe

7 février 2018

Enerlis sera présent à la 19ème édition du colloque SER

Enerlis, partenaire majeur du Colloque du Syndicat des Energies Renouvelables (SER), sera présent à la dix-neuvième édition de cet événement prestigieux qui se tiendra le 8 février 2018 à la Maison de l’UNESCO. Lors de cette 19ème édition intitulée « Accélérons la croissance des énergies renouvelables, face à l’urgence climatique », Thierry Martin, président d’Enerlis,…

29 janvier 2018

Loris-ENR, filiale du groupe Enerlis, accède à la certification ISO 9001

Loris-ENR, spécialiste du conseil et de la valorisation de CEE*, annonce la certification de son système de management. Cette reconnaissance par un organisme indépendant est une étape-clé pour la société qui s’impose comme un acteur responsable et performant. Concrètement, la norme ISO 9001 définit un ensemble de critères à respecter par les organismes qui souhaitent démontrer leur aptitude…

25 janvier 2018

Comment réussir la transition énergétique d’un bâtiment

  La transition énergétique est définie comme la modification des modes de production et de consommation de l’énergie afin de rendre un environnement plus écologique. En d’autres termes, la transition énergétique vise à réduire l’impact environnemental. C’est un enjeu de notre société actuelle. Il est d’ailleurs bien plus important dans le secteur du bâtiment qui…

Toutes les actualités

loading