Energies renouvelables : la France face à ses objectifs

Avec le développement déconcertant du réchauffement climatique, la transition énergétique est  devenue une priorité écologique mondiale. Certains pays comme la Suède ou la Finlande ont réalisé des progrès considérables dans le domaine des énergies renouvelables. D’autres sont en retard sur leurs objectifs. C’est le cas de la France notamment. Quels sont les objectifs de la France en termes de rénovation énergétique ? Quelle est sa situation énergétique ? Et surtout, quels progrès doit-elle réaliser pour rattraper son retard. Etat des lieux.

Les énergies renouvelables : un enjeu capital

Les énergies renouvelables (souvent abrégé EnR) sont des énergies pouvant se renouveler de façon naturelle et sont considérées comme inépuisables. Avec la surconsommation humaine et les dégâts causés à l’environnement, elles sont apparues comme une solution idéale pour la préservation de l’écologie et des énergies vitales.

Les besoins énergétiques considérables des pays émergeants ont engendrés de graves répercussions sur l’environnement. Réduire les gaz à effet de serre, ralentir les productions énergivores ou encore lutter contre le changement climatique sont dorénavant inéluctables pour la préservation de notre environnement. Les énergies renouvelables sont aujourd’hui une évidence.

Il existe 5 grandes familles d’énergie renouvelable : l’énergie solaire, l’énergie hydraulique, l’énergie éolienne, la biomasse (énergie produite grâce aux déchets) et la géothermie (énergie provenant du sol). Toutes ont comme points communs leur production naturelle et un renouvellement infini. En plus d’être bénéfiques pour l’écologie, les énergies renouvelables régulent les prix de l’énergie et produisent de l’emploi. Leur potentiel économique et environnemental semble intarissable. C’est pour cela que leur déploiement doit centraliser tous les efforts de la France et devenir une cause national.

 

 

La France, un élève en retard

Selon le REN21 et le Rapport mondial 2017 sur les énergies renouvelables, les EnR couvrent plus de 19,3% de la capacité énergétique mondiale et fournissent 24,4% de l’électricité fin 2016. Des progrès conséquents ont été réalisés à l’échelle mondiale et ces chiffres sont d’ailleurs en progression constante.

Les pays de l’Union Européenne se sont mis d’accord sur un objectif à atteindre en 2030 : 27% d’énergies renouvelables devront couvrir les besoins énergétiques. Alors que certains pays comme la Suède (53,8 %), la Finlande (38,7 %) ou le Danemark (32,2 %) sont en avance sur leurs objectifs, la France elle, accuse du retard. Fin 2016, elle était même en dessous de la moyenne européenne (16% contre 17% en Europe).

Bien évidemment, la France est consciente de ses lacunes et redouble d’efforts pour être au niveau de ses ambitions. En août 2015, la loi de transition énergétique pour la croissance verte (LTECV) avait pour objectif d’atteindre 23% d’énergies renouvelables en 2020 et 32% en 2030. Du côté du gouvernement, on ne s’en cache pas, il sera presqu’impossible d’atteindre les chiffres fixés pour 2020. Pour 2030 en revanche, la tendance est plus optimiste.

Effectivement, le Syndicat des énergies renouvelables annonce que la France a réalisé en 2016 les deux tiers de l’objectif fixé pour 2020. Au second trimestre 2017, les énergies vertes ont couvert 22,1% de la consommation électrique française. L’énergie solaire et l’énergie éolienne sont les principales responsables de cette progression. En matière de transport aussi, la France est une bonne élève puisque la part d’énergies renouvelables aurait dépassé les attentes.

 

 

Quels progrès à accomplir pour de meilleurs résultats ?

La France est donc face à des enjeux cruciaux pour son avenir et celui de l’environnement. Les progrès à réaliser sont nombreux et certains secteurs vont devoir mobiliser une attention toute particulière.

En effet, la France est à la peine en ce qui concerne les domaines de l’électricité et de la chaleur. Et c’est sur ces sujets que des progrès doivent être entrepris, surtout au regard de sa feuille de route et des résultats d’autres pays européens. La filière biomasse solide et déchets urbains notamment ralentit fortement la progression générale. Et même si l’énergie éolienne se comporte bien, sa progression est elle aussi freinée. La faute aux recours trop longs et fastidieux.

Autre axe d’amélioration : les énergies marines. Elles accumulent elles aussi du retard et continuent de stagner. Hydrolienne et hydraulique se heurtent aux réglementations et ne voient pas le jour malgré leur potentiel certain.

Et c’est peut-être le plus gros obstacle de la France dans sa quête pour une transition énergétique réussie. Les procédures sont trop compliquées, les lois peu flexibles et les délais bien trop longs. Le temps entre la naissance d’un projet et sa production pénalise les avancées et la mise en place de solutions concrètes. Le syndicat des énergies renouvelables a déjà tiré la sonnette d’alarme. Pour atteindre ses objectifs, la France va devoir redoubler d’efforts. Et surtout, mettre en place des mesures concrètes sur tous les plans institutionnels, du juridique à l’économique en passant par la technique et l’industrie.

 

 

Face aux enjeux de la transition énergétique et la nécessité de faire de l’énergie renouvelable la source énergétique de demain, Enerlis se mobilise pour l’écologie et multiplie les projets en ce sens. La France a besoin de toutes les ressources à sa disposition pour accomplir ses objectifs. L’environnement aussi.

Pour plus d’informations, contactez-nous.

logo-facebooklogo-twitter-oiseau-bleulinkedin_logo-svg_



Articles similaires

Enerlis vous informe

23 octobre 2019

Egain et Enerlis s’associent pour la réduction de la consommation d’énergie et l’impact environnemental

KUNGSBACKA et PARIS – 23 octobre 2019 — Egain et Enerlis sont heureux d’annoncer la conclusion d’un partenariat de distribution stratégique, qui combine les services cloud basés sur l’IA et l’IdO d’Egain aux solutions d’efficacité énergétique d’Enerlis visant à aider le secteur résidentiel, le secteur tertiaire et les collectivités en France à réduire leur facture énergétique et leur empreinte…

20 septembre 2019

Enerlis présent à la 80e édition du Congrès Hlm

Enerlis présent à la 80e édition du Congrès Hlm…

16 août 2019

Le secteur tertiaire et son impact énergétique : situation et solutions

À l’heure où la transition écologique est un enjeu mondial et crucial, il reste des secteurs où la consommation énergétique dépasse l’entendement. Le secteur tertiaire en fait partie. En effet, il serait l’un des plus gros consommateurs énergétiques au niveau mondial. L’impact énergétique qu’il provoque sur l’environnement est colossal et surtout néfaste. Il existe cependant…

Toutes les actualités

loading